يد واحده ما تصفق

Yedd ouahda ma tsafek
Une main toute seule ne peut pas applaudir

samedi 26 février 2011

révolution de Jasmin


Photo S. Gailmain, place du 1er ministère dans la Madina de Tunis. janvier 2011

La répression et la censure

Ont assez sévi dans mon pays devenu dictature !

Vingt-trois ans durant, un traître à sa nation,

Soutenu par ses chers tartempions,

A volé sans vergogne les biens

Du somnolent peuple tunisien !

Tous nous sommes tus face à ce tyran,

Qui, entouré de sa fidèle belle-famille,

Véritable mafia saignant à blanc ma patrie,

A dépouillé, fustigé parfois tué,

Mes compatriotes dignes et fiers !

Soumission absolue à ce traître fut offerte

Par un peuple qui le voyait comme un sauveur

Après un coup d’état contre un régime qui perdait la tête !

Une peur paralysante se répandit

Et le droit à la parole peu à peu se perdit…

Mais le suicide d’un jeune chômeur,

Réveilla finalement mes concitoyens de leur torpeur !

Les manifestants tels un torrent,

Emplirent toutes les villes de leurs slogans

Et cet abject régime policier,

Fut finalement renversé

Par un peuple avide de liberté !

La fierté remplaça l’opprobre

Et la grandeur de mon pays

A un monde abasourdi

Fut finalement révélée !

Au lendemain de cette révolution,

Les sbires du président déchu,

Tentèrent de semer le doute et la terreur

Dans les cœurs.

Mais loin de susciter la réaction escomptée,

La politique de la terre brûlée

Donna lieu à un élan de solidarité

Que nul n’avait jamais rêvé !

Le patriotisme valeur qui se perdait

Dans une contrée où la corruption sévissait

Est aujourd’hui ravivé ;

Et j’écris ces quelques lignes pour clamer

Ce que cette révolution m’a donné :

Une fierté et un bonheur infinis

Car je viens de la Tunisie !




Nour K.


2 commentaires:

La jeunesse du Jasmin a dit…

Très joli :)

M.AUGRIS a dit…

Très beau !
Je vois ici que les Tunisiens ne se reconnaissent pas toujours dans cette expression "Révolution de Jasmin" qui rappelerait la prise de pouvoir par Ben Ali. Qu'en est-il réellement ?
E.A.