يد واحده ما تصفق

Yedd ouahda ma tsafek
Une main toute seule ne peut pas applaudir

vendredi 18 décembre 2009

Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d'année...


Bonnes fêtes à tous et à toutes...
et à bientôt...
photo Gailmain ( Dattes de l'oasis de Tozeur)

Et voilà....


Je m'apelle Yanis Boulares j'ai 16 ans. J'aime jouer au tennis. Je mange beaucoup les plats traditionnels de la Tunisie. J'aime voyager et faire de nouvelles rencontres. Coucou ! Je m'apelle Lyn Fedhila, j'ai 16 ans et je suis Tunisienne. J'aime beaucoup la musique. J'ai pratiqué pendant cinq ans du piano puis pendant trois ans du violon.Je suis très active et mes amis vous diront que je suis aussi une revoltée innée. Je dois l'avouer celà est vrai. J'aime beaucoup le theme d'ECJS. La femme a toujours était au coeur des polémiques. Surtout la femme arabe. Les présenter sera donc une bonne chose. Je m'appelle Fatma Ben Smida. J'ai 17 ans. Je suis Tunisienne.Mes loisirs sont le sport, ou encore des activités comme le théâtre. j'ai également pratiqué le tennis pendant cinq ans.Je m'appelle Farah Sinda, j'ai 16 ans. Ma plus grande passion est le sommeil, je suis une personne très flemmarde j'avoue. Je suis egalement une personne plutot de petite taille, du coup j'ai plusieurs surnom tel que shtroumphette ou encore pikachu mais ca ne me derange absoluement je trouve ça plutot marant .

Dernières présentations des groupes...


Bien le bonjour à tous et à toutes
Surtout à toutes ;p

Nous sommes un groupe composé de trois garçons,
KAIS ZIED et MALEK !

Nous allons étudier les regards, des pères/frères, sur leurs filles/soeurs.

Nous sommes ravis de pouvoir collaborer avec la 1ere L2 pour pouvoir mener notre projet à bien , l'étudier avec sérieux, et ainsi pouvoir créer un échange avec une classe étrangère.


"Nous avons choisi cette image puisqu'elle est la couverture d'un livre, parlant de l'évolution de la relation père-fille où 31 femmes maghrébines se sont réunis pour en parler."




Cordialement,

Kais, Zied, Malek."

mercredi 9 décembre 2009


Bonjour, bonsoir, nous sommes 3 lycéens ; Mehdi, Leila et Yasmine.
Nous allons nous intéresser à la femme tunisienne en mai 1968 & à sa réaction face aux changements de la société de consommation. Nous espèrons une bonne interaction entre nos 3 classes.

Bonjour à tous.Nous sommes un groupe de quatre filles : Salma, Minta, Aicha et Myriam.
Nous sommes très contentes de participer à ce projet. Nous le trouvons très intéressant.
Nous voudrions bien faire connaissance avec vous. Nous sommes des filles plutôt simples et sympas :
nous aimons le contact avec les gens, découvrir d'autres horizons...
Nous aimons la musique,le cinéma,le chocolat et les chats.
Nous sommes ravies d'échanger nos cultures et de vous faire découvrir la femme tunisienne..Nous avons choisi cette image car nous la trouvons originale...
Pablo Picasso, Femme accoudée au drapeau bleu et rouge ( 1932)

vendredi 4 décembre 2009

La Guerre d'Algérie en BD (3) Entretien avec J. Howell

Jennifer Howell (Université de l'Iowa) prépare actuellement une thèse de doctorat sur la représentation de la Guerre d'Algérie dans la Bande dessinée. Passionnée par la question de l'image et des représentations, notamment dans le contexte colonial, elle nous livre quelques clés pour comprendre comment la BD aborde la période 1954-1962 en Algérie et en France. De nombreux bédéistes ont travaillé sur la Guerre d'Algérie et publié des BD ayant cette période comme toile de fond ou comme thème principal. Citons parmi elles Carnets d'Orient, Azrayen', Tahya El-Djazaïr, Moustache et les Belgacem, Pierrot de Bab el Oued, De l'Algérie, Petit Polio, Retour au bercail, Le combat ordinaire, Là-bas, Babel 2, Jambon-Beur. Toutes ces BD sont évoquées dans les réponses que Jennifer Howell a bien voulu donner aux questions préparées par les élèves de Première L2 du lycée Claude Gellée d'Epinal avec l'aide de leur professeur E. Augris :



Un grand merci à Jennifer Howell !

mercredi 2 décembre 2009

Quelques premiers messages

Bonjour a vous 1ère L2 nous nous présentons nous sommes quatre filles de la classe 1ère S4 de

Tunis au lycée Pierre Mendès France et nous correspondrons avec vous durant toute l’année.

Nous nous appelons Imen Héla Selima et Sophia nous avons entre 15 et 16 ans et notre projet

traite de la femme de la méditerranée et surtout sur la femme tunisienne. Nous sommes très

contentes de travailler avec vous

Eh ouè, nous sommes enfin la! Salam alikoum comme on dit chez nous! =)

Nous sommes 4 lycéens de 16 ans, ABBES, LEYTH, SELIM et CHRISTIAN. Nous sommes ravis de

participer à ce programme d'échange culturel, et nous espérons que nous pourrons bien vous

connaitre et pourquoi ne pas devenir amis. Nous sommes désolés du retard que nous avons

pris, mais comme vous l'a dit notre professeur, nous étions occupés par un autre projet...

Sur ceux, a bientôt!! =D

Salut à toutes et à tous, moi c'est Pierre, je suis assez
content de pouvoir travailler avec des personnes d'outre-mer pour
partager nos points de vue.
Je vais travailler avec Khansae, Malek et Youssef.

La classe de 1ére S4


Après un long silence...les voilà enfin!!

dimanche 22 novembre 2009

Les sujets des élèves d'Epinal


Voici les sujets sur lesquels travaillent les élèves de la Première L2 d'Epinal :

  • Le Maghreb dans la peinture française du XIXème siècle (Cloé et Adrian)
  • La musique arabo-andalouse (Romane et Claire)
  • L'équipe de foot du FLN (Elodie et Sophia)
  • Le rôle des troupes coloniales à travers le film Indigènes (Coline, Kévin et Fabien)
  • Le Maghreb dans la peinture de l'école d'Alger (Monia et Ophélie)
  • Le Maghreb pendant la Seconde Guerre mondiale (Maryse et Mathilde)
  • La Guerre d'Algérie au cinéma : Mon Colonel (Charlotte et Justine)
  • Témoignage d'un appelé (Malvina et Justine)
  • L'immigration algérienne en France (Mélanie, Sibel et Charlène)
  • Saïd Ferdi, un enfant dans la guerre (Kassandra et Grâce)
  • Témoignages de soldats (Amandine et Marie)


Ils travaillent tous d'arrache-pied ! A lire au premier trimestre 2010.

vendredi 6 novembre 2009

Bonjour de Tunis

Thé " pignon", "direct" et jasmin au Café des Délices à Sidi Bou Saïd

Bonjour à vous et merci pour ces présentations....Je suis désolée d'avoir tardé à prendre contact avec vous mais c'est parti....





Je viens de proposer le projet à la classe de 1ére S4 au Lycée Pierre Mendès France, ce soir même. Nous avons tardé car ils ont participé au concours " Un murs ...des murs" et à la rédaction d'une nouvelle qui aurait du nous permettre de partir à Berlin pour les fêtes de la chute du Mur. Malgré la qualité des nouvelles, nous n'avons pas gagné....




Cette année notre collaboration se fera sur un thème particulier décliné par différents groupes:




" la femme de la Méditerrannée" avec un travail tout particulier sur la femme tunisienne.






Femme de Matmata( Sud de la Tunisie)




Il faudra encore patienter un peu pour connaître davantage la classe de 1ére S4 ....
A bientôt
S.Gailmain.

samedi 10 octobre 2009

La 1ère L2 d'Epinal se présente


Voici au grand complet la classe de Première L2 du lycée Claude Gellée d'Epinal. Et voici en dessous les coulisses de la photo....


video

jeudi 24 septembre 2009

YIHAA !!



salut salut =)





Nous, c'est Romane et Claire (ou romaclaire...). Contentes de participer a ce projet France-Maghreb, surtout après avoir passé une demi-heure à créer un compte... Esperons que nous serons davantage efficaces pour la rédaction des articles (uhm...). En tout cas, l'idée nous plaît, donc on va essayer!


Sinon, nous sommes en 1ère L2, et nous pratiquons toutes les deux la musique depuis le CE1. C'est d'ailleurs surement ce sujet que nous allons choisir: la musique Arabo-Andalouse!

Image source

Maryse & Mathilde

Maryse et Mathilde, élèves en 1ère L2 au lycée Claude Gellée sont ravies de participer à ce projet =).

Image

Présentation


On s'appelle Marie STOEHR et Amandine GERMAIN. Nous avons 16 ans et nous sommes en 1ère L2.
Nous avons choisi cette image parce qu'elle représente le Maghreb et qu'il y a les drapeaux de chaques pays.

Salut ! Aslem ! ( on est pas sur de l'orthographe).


Bonjour, nous c'est Adrian et Cloé (Sans h !!!)...
Nous participons tous les deux à l'option théâtre de notre lycée.
Nous sommes également contents de faire parti du projet Mahgreb-France.



Kevin, Fabien et Coline: 1ere L

http://www.yawatani.com/images/stories/lacalisation_maghreb.gif une image très belle, qui represente quasiment bien notre echange. Normalement, c'est une image d'un article où il est expliqué comment Paris veut " promouvoir un centre de recherche stratégique au maghreb". On s'est pas réellement embeté a lire l'article, mais l'image est belle, vous trouvez pas ?



Kévin:


Salut a tous ! Bon, je me presente. Kevin, 16 ans.

Il paraitrait que je suis le premier du groupe a me presenter, alors... Allons-y.


Qui suis-je:


Alors... Je suis quelqu'un de grand, de beau, de fort, et modeste avec tout ca !

Environ 2 metres, voila. C'est mon signe physique distinctif.


Ce que j'aime dans la vie:


J'aime profiter de ma jeunesse, passer mon temps a écouter de la musique de bourrins que personne n'aime, comme on dit, être jeune et en profiter. Après tout, c'est pas a 60 ans qu'on pourra aller faire une fête !


Ce que je n'aime pas dans la vie:


Euuh... Je suis une personne plutot assez conciliante, si quelqu'un veut me dire quelque chose, je l'écoute... Mais bon. J'aime pas les gens qui se croient superieurs aux autres. Surtout a moi( hihihi)


Ce que j'attends de l'echange:


L'internationalisation actuelle ( très encouragée par internet) me permet de trouver des amis a travers tout le pays. Au travers d'un echange, je compte bien pouvoir trouver des personnes avec qui je m'entendrai bien, en plus de faire un travail que je considère comme étant interessant. Après tout, desormais, quelques milliers de kilomètres ne font plus grande difference.
Ce que je peux dire d'autre:
euuh... Je sais pas trop encore sur quoi on va travailler, mais on y travaille !


Kassandra & Grâce

Nous sommes deux élèves Françaises en 1ère L2 au lycée Classique et Moderne Claude Gellée, à Epinal dans les Vosges en Lorraine (Nord-Est de la France). Notre professeur d'histoire est M. AUGRIS.





Cette photographie représente un oasis du Maghreb que nous avons trouvé sur le logiciel de recherches Google, voici le lien. Nous l'avons choisie car nous l'avons trouvé très jolie.

Le Maghreb


Bonjour!
Alors nous allons nous présenter, nous sommes 3 lycéennes de CLAUDE GELLEE à EPINAL en FRANCE, en classe de 1ère L2; CHOPPE Charlène, CEYHAN Sibel & DELVILLE Mélanie.
Nous pensons que ce projet Maghreb-France peut-être "sympa". Nous ne savons pas encore sur quel sujet nous allons travailler, on va prendre le temps d'y réflechir.
En ce qui concerne cette image, nous l'avons trouvé sur google à ce lien.
Nous avons choisi cette image car elle représente l'ensemble du Maghreb, ce drapeau réunit celui de la Tunisie, du Maroc et de l'Algérie.

Présentation


Bonjour!

Nous sommes Malvina TOUGARD et Justine PEDUZZI, et nous sommes en 1èreL2.

Lycéennes au lycée Claude Gellée à Epinal.

Pour le projet "Une histoire commune?", nous aimerions travailler sur les témoignages de nos grands parents et de notre entourage ayant connu la guerre d'Algérie.


Photo : vue d'Alger

http://orgue.algerie.free.fr/Monuments/Alger/alger/ALGER%2009.JPG




Bonjour,


Nous nous présentons,Sophia Djarit & Elodie Antoine élèves de 1L2 du Lycée Claude Gellée. Nous avons choisi cette image car nous trouvons qu'elle représente assez bien l'aspect architectural des maisons du maghreb, ainsi que la présence de la mer et de la vegetation spécifique aux pays chauds...

ChaA & Jùw


Thiriet Charlotte & Didier Justine

16 ans ; 15 ans.

Lycéennes a Claude Gellée en première L2


--> Une image qui représente bien le Maghreb & le lien entre ses trois pays :)
''Tous frères & soeurs" ♥ [Image]

Enregistrement des élèves d'Epinal



Vous allez aujourd'hui vous enregistrer comme membre du blog. Suivez les étapes indiquées sur ce document à ouvrir dans une nouvelle fenêtre.

samedi 5 septembre 2009

C'est reparti pour un tour !


Avec la rentrée, ce blog reprend du service. Cette année, les contributeurs ne seront plus Romarimontains (c'est ainsi que l'on appelle les habitants de Remiremont) mais Spinaliens puisque j'ai été nommé au lycée Claude Gellée d'Epinal. La classe de 1ère L2 sera donc la classe qui contribuera à ce blog.

Rendez-vous très bientôt pour plus d'infos sur les sujets que nous allons traiter cette année.

[Peinture de Baba]

mardi 16 juin 2009

liste des thèmes du club Histoire

- Les combats pendant la campagne de Tunisie ( nov 1942- mai 1943) ( Walid Grouze 3°7)
- Le mouvement national en Tunisie durant la Seconde Guerre mondiale ( Mênel HAMZA et Nour KARRAY 3°2)
- Les juifs durant la Seconde Guerre mondiale en Tunisie ( JRADI Meriem et ABDMOULAH Sarah 1ére ES2)

Les activités du club Histoire au Lycée à Tunis

L'année scolaire se termine et je remercie Etienne Augris pour cette nouvelle année de collaboration.
Pour finir voici les travaux des élèves du club Histoire animé par Thierry Coutant et Frederic Cottrel, professeurs d'Histoire et Géographie du Lycée PMF de Tunis.
Je remercie les élèves du lycée de Tunis et ceux de Remiremont pour leur travaux de recherches, qui nous permettent à tous de mieux comprendre les liens qui se tissent et qui se tisseront encore entre la France- le Maghreb et le reste de l'Afrique.
Merci à tous et peut-être à l'année prochaine...
S.Gailmain
Rapport du club depuis le début de l’année :

Nos différentes activités :

1- Institut de Recherche du Maghreb Contemporain (IRMC)

2- Entretien avec un historien : Habib Kazdaghli

3- Visite au service des Anciens Combattants de l’ambassade de France

4- Visite du Cimetière de Gammarth

Institut de Recherche du Maghreb Contemporain :

Nous avons visité l’IRMC, qui se situe à coté du lycée. Nous avons recensé les documents sur la Seconde guerre mondiale en Tunisie afin de poursuivre nos recherches par thèmes. Nous y avons trouvé l’essentiel de nos documents, notamment sur les communautés étrangères en Tunisie et sur l’opération « Torch » (1942).
Nous avons eu l’occasion par cette visite d’apprendre à faire une recherche en consultant en priorité les sommaires des ouvrages demandés.
Voici le lien du site :
http://www.irmcmaghreb.org/

Entretien avec Habib Kazdaghli :

M.Kazdaghli est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Tunis à la Mannouba. Il nous a parlé des minorités en Tunisie : Italiens, Maltais, Russes…
L’arrivée des Italiens en Tunisie date surtout du 19eme siècle. Au début de la Seconde Guerre Mondiale, leur présence a causé des problèmes pour les Français car les Italiens étaient les plus puissants alliés des Allemands ce qui les a poussés à partir très tôt.

Visite au service des Anciens Combattants de l’ambassade de France :

Nous nous sommes déplacés au service des Anciens Combattants de la Seconde Guerre Mondiale afin de recueillir des témoignages de ce qu’ils ont enduré lors des combats. Nous leur avons soumis un questionnaire que nous avions préparé et récolté leurs réponses que nous avons reportées sur une feuille dont nous nous sommes servis pour enrichir nos informations.
Il est clair qu’ils avaient des raisons de haïr les Allemands et de s’engager mais certains ont été obligés en accomplissant le Service National.

Visite du Cimetière de Gammarth :
Nous avons visité le cimetière de Gammarth en compagnie de M. ARROUY, directeur du service des Anciens Combattants et Victimes de guerre en Tunisie.
Il nous a présenté les tombes de certains soldats morts durant la « Campagne de Tunisie »..

Nous remercions M.ARROUY de cette visite qui nous a émus car il nous a permis de voir que cette bataille et l’engagement de ces hommes ne sont pas tombés dans l’oubli.

Rapporteurs : Nour KARRAY, Menel HAMZA, Azza JABNOUN, Mehdi BEN SLIMANE, Walid GROUZE.

vendredi 29 mai 2009

L'Algerie en BD par Celine, Omery & Hanan


TOME 4 :



  • Résumé :

Un siècle a passé depuis la première BD, nous nous rapprochons donc de 1930, année du centenaire. Paul, l’un des Fils du Sud, est devenu journaliste en métropole. Il est chargé de la couverture médiatique entourant l’évènement pour un journal, il revient donc un jour de mars 1930 à Alger, pour les festivités destinées à célébrer cet anniversaire de la colonisation. L’Algérie étant son pays natal, il débute son voyage par renouer contact avec des proches telle qu’une institutrice, mais il découvre peu à peu les faces cachées de la tragédie algérienne, que très peu, là-bas, voient venir. Le journaliste, lui, comprend que cette tension, cette exaspération, va bientôt se manifester sur cette terre.


  • Plus loin :

Dans ce tome, la volonté de l’auteur de montrer que les français, colonisateurs, ne sont pas à leur place est explicite. Il est politiquement engagé. Dès les premières pages, la vulgarité ainsi que la malveillance qui anime certains colonisateurs est exposé. Casimir le frère de Paul, emploi des termes d’une grossièreté accablante, indigne, pour désigner les Algériens. L’estime qui est porté envers ces derniers est très basse mais dissimulée. En effet, en cette période de centenaire le Président de la République M. Doumergue, se rend aux festivités et ce qui est présenté en métropole est une Algérie où le bonheur reigne et où il fait bon vivre. Les photos qui paraissent dans les journaux sont détournées de leur contexte. Paul s’exacerbe d’ailleurs de cette façon de faire et va lutter pour que vérité soit fait, en vain… Ce tome est donc très dénonciateur tant par les manières de traiter les Algériens que par le manque de respect qui leur est porté.


TOME 5 :




  • Résumé :

Nous nous retrouvons en 1954 avec une fille nommée Marianne, qui est la fille de Paul. Jeune fille charmante et prometteuse, elle étudie aux beaux arts. Pour financer sa vie, elle est le modèle du peintre Marnier. Un jour au marché aux puces, Sauveur un ami à elle lui offre des carnets de voyage. La jeune femme découvre que ce sont ceux de Joseph constant, le peintre dont l’un des tableaux orne le mur de ses grands parents et qui a donner envie à ces derniers de venir s’installer en Algérie. Elle décide alors de retracer l’histoire de ces carnets de voyage.



  • Plus loin :


Ce tome est beaucoup moins porté sur la politique. Il présente avec amour le voyage de Marianne dans le but de montrer de manière réaliste et véridique la vie quotidienne en Algérie. La BD est parsemée d’images, d’extrait des carnets, qui sont des peintures des textes pour faire ressentir aux lecteurs l’émotion de l’auteur. Cette BD est elle beaucoup plus penchée sur le style comme l’histoire le veut. Nous avons par exemple, chaque chapitre est introduit pas des planches, cartes itinéraires etc. Une partie de l’histoire se déroule dans un Casbah, la où la véritable vie Algérienne peut être perçue. Malgré la volonté de liberté de ses habitants, ils ne pourront forcer leur destin.



SALEH Omery


samedi 23 mai 2009

L'immigration maghrébine dans le sport français

L'Immigration maghrébine dans le sport français, du début du 20 ème siècle à nos jours...


« Étroitement lié à l'immigration depuis le début des années 1930, le sport nord-africain aura permis d’écrire certaines des plus belles pages du sport tricolore mais aussi de franchir les barrières culturelles ».



mercredi 20 mai 2009

Les Pieds Noirs pendant la guerre d'Algérie (1954-1962)


A l’origine, l’appellation « Pied-noir » est donnée aux français d’origine européenne, habitant dans les départements français d’Algérie, de 1830 à 1962. Ils étaient officiellement nommés « Français d’Algérie ».

Par extension, cette appellation de « Pied-noir » fut aussi donnée aux Juifs Séfarades, arrivés en Algérie bien avant la conquête française de 1830. Cette population européenne ou juive représente au milieu du XXème siècle, un peu plus de 10% de la population totale algérienne. C’est une communauté soudée, mais repliée sur elle-même et méfiante, que cela soit à l’égard des musulmans ou des français de la métropole.



lundi 18 mai 2009

Une matinée avec les auteurs de Tahya El-Djazaïr

Voici quelques photos et vidéos de la matinée du 15 mai que nous avons passée en compagnie de Laurent Galandon et A. Dan, auteurs de Tahya El-Djazaïr, une BD à paraître en juin chez Bamboo.

Après nous avoir montré les coulisses de la création de leur BD, les auteurs ont guidé les élèves dans un travail de réflexion et de création. L'objectif : concevoir un scénario et une planche de BD à partir des sujets traités par les groupes pour ce blog. Tout le monde s'est pris au jeu avec beaucoup de sérieux et deux groupes ont présenté leurs idées aux autres. C'est ce que vous pouvez voir dans les deux vidéos. Dans la première, Violaine et Théo proposent une histoire tirée d'une scène du roman de Yasmina Khadra, dans la deuxième, le dessinateur A. Dan imagine sa mise en image.








Une mise en BD du roman de Khadra par Théo et VIolaine
envoyé par augris



A. Dan propose une mise en page
envoyé par augris

Retrouvez les blogs des deux intervenants :
le dessinateur A. Dan et le scénariste Laurent Galandon
Sur Samarra, je vous propose de visionner un entretien avec les deux auteurs où ils nous parlent de la BD.

Voici l'article paru samedi dans Vosges Matin :


dimanche 17 mai 2009

La Guerre d'Algérie à travers les médias

La Guerre d'Algérie à travers les Médias

Introduction:

La France des années 1950 refuse la perte de l'Algérie car se serait une atteinte à son rang de grande puissance, symbolisé depuis la fin du 19°siècle par sa présence coloniale dans le monde.

Mais le 13 mai 1958, la IV° République chute, cela constitue un des premiers grands événement de l'histoire, suivi, analysé dans le détail de ses péripéties par les médias: la radio puis la presse écrite (de gauche l'Express, France-Observateur; et de droite).




mercredi 13 mai 2009

Rencontre avec A. Dan et Laurent Galandon

Les élèves de Remiremont rencontrent vendredi le dessinateur A. Dan et le scénariste Laurent Galandon. Ils publient en effet début juin une BD chez Bamboo/Grand Angle dont voici un résumé :

"Alger, 1954. Arrivé de métropole, Paul vient d'être nommé instituteur dans un quartier populaire. Il y retrouve Pierre, un camarade de résistance toujours engagé dans l'armée française. Doucement l'instituteur lie une relation amoureuse avec une jeune femme algérienne. Paul va connaître les "événements" tiraillé entre les souffrances du peuple algérien et sa fidélité envers un ami que la violence a rendu tortionnaire"


Voici le programme :
  • 8h Présentation de la BD et des méthodes de travail
  • 9h30 Ateliers par groupes autour de la conception d'un synopsis
  • 11h Restitutions

Un grand merci à la Maison des Lycéens du lycée Malraux et à Véronique Faure qui nous a permis d'organiser cette rencontre.


mardi 12 mai 2009

Le porteur de cartable d'Akli Tadjer


Le porteur de cartable, d’Akli Tadjer


__Nous avons décidé d’étudier le roman Le porteur de cartable, d’Akli Tadjer, écrivain français d’origine algérienne, qui publia ce livre en 2002. L’histoire se déroule en France en 1962, alors que la guerre d’Algérie fait rage. Après un bref résumé du livre ainsi qu’une biographie de l’auteur, nous tenterons d’expliquer le contexte politique en Algérie ainsi qu’en France pendant la guerre pour l’indépendance, pour mieux comprendre le récit.




mardi 5 mai 2009

Larbi Ben Barek


Larbi BEN BAREK, ou l’intégration d’un champion maghrébin en France



Né à la fin des années 1910, Larbi BEN BAREK, dit "La perle noire", était un footballeur Marocain de l'équipe de France. Il fut et reste à l'heure actuelle l'un des meilleurs footballeurs de tous le temps. Pelé dira même : " Si je suis le roi du football, alors Ben Barek en est le Dieu.". Dans un premier temps nous allons aborder la carrière de ce joueur, puis dans un second temps nous étudierons son intégration au sein de l'équipe de France, et des clubs français.



Aurélien, Christopher et Thomas.

dimanche 3 mai 2009

Ce que le jour doit à la nuit

Dans son œuvre, Yasmina Khadra nous fait découvrir un personnage principal qui, tout au long de sa vie, reflète les relations franco-algérienne des années trente à nos jours. Il est tiraillé à la fois par ses origines algériennes et par son éducation occidentale à l’image d’une Algérie déchirée entre deux cultures. Chaque point de vue est détaillé par l’auteur et souligne ce que l’histoire d’un pays doit à celle de l’autre, Ce que le jour doit à la nuit.


Younès, le protagoniste de ce roman, est né dans une modeste famille algérienne. Durant sa tendre enfance, il est imprégné des traditions et du mode de vie maghrébins. Jusqu’à la ruine de son père qui se voit contraint de la confier à son oncle de Oran, un pharmacien marié à une occidentale. Il bascule alors dans un autre univers ; Younès devient Jonas. C’est à ce moment là que commence son conflit intérieur qui se prolongera jusqu’à la fin de sa vie.


Le début d’une recherche d’identité :

- Bon, concéda Germaine, Jonas et moi allons prendre un bon bain.

- Je m’appelle Younès, lui rappelai-je.

Elle me gratifia d’un sourire attendri, glissa la paume de sa main sur ma joue et me souffla à l’oreille :

- Plus maintenant, mon chéri…

Trop arabe pour les colons, trop occidental pour les maghrébins, il éprouve des difficultés à s’intégrer et en souffre. À peine un semblant d’équilibre retrouvé, il est ébranlé par le conflit qui fait rage et par un amour impossible avec Emilie.


En effet, la demande d’indépendance algérienne divise les opinions. Younès est déchiré entre les deux principaux points de vue mais, ses origines prenant le dessus, il finit par jouer le rôle de médiateur en faveur des maghrébins. Son dialogue avec Jaime Jiménez Sosa, l’archétype du colon résume parfaitement la situation.


Point de vue de Jaime Jiménez Sosa, point de vue colonialiste :

Lorsque mon arrière grand père a jeté son dévolu sur ce trou de cul, il était certain de mourir avant d’en tirer le moindre profit… J’ai des photos à la maison. Il n’y avait pas un cahute à des lieux à la ronde, pas un arbre, pas une carcasse de bête que l’érosion aurait blanchie. Mon arrière grand père n’a pas pour autant poursuivi son chemin. Il a retroussé ses manches, fabriqué des ses dix doigts les outils dont il avait besoin et s’est mis à sarcler, à défricher, à débourrer la terre à ne plus pourvoir se servir de ses mains pour couper une tranche de pain… C’était la galère le jour et le bagne le soir, et l’enfer toutes les saisons. Et les miens n’ont pas baissé les bras ; pas une fois, pas un instant. Certains crevaient d’efforts surhumains, d’autres succombaient aux maladies, et pas un n’a douté une seconde de ce qu’il était en train d’accomplir. Et grâce à ma famille, Jonas, grâce à ses sacrifices et à sa foi, le territoire sauvage s'est laissé apprivoiser. De génération en génération, il s'est transformé en champs et en vergers. Tous les arbres que tu vois autour de nous racontent un chapitre de l'histoire de mes parents. Chaque orange que tu presses te livre un peu des leur sueur, chaque nectar retient encore la saveur de leur enthousiasme. D'un geste théâtral, il me montra sa ferme :

— Cette grande bâtisse qui me sert de forteresse, cette vaste maison toute blanche où je suis ; venu au monde et où, enfant, j'ai couru comme un fou, eh bien, c'est mon père qui l'a élevée de ses propres mains telle une stèle à la a gloire des siens... Ce pays nous doit tout... Nous avons tracé des routes, posé les rails de chemin de fer jusqu'aux portes du Sahara, jeté des ponts par-dessus les cours d'eau, construit des villes plus belles les unes que les autres, et des villages de rêve au détour des maquis... nous avons fait d'une désolation millénaire un pays magnifique, prospère et ambitieux, et d'un misérable caillou un fabuleux jardin d'Éden... Et vous voulez nous faire croire que nous nous sommes tués à la tâche pour des prunes ?

Son cri était tel que je reçus les éclaboussures de sa salive sur la figure.

Ses yeux s'assombrirent quand il a agita sentencieusement le doigt sous mon nez :

— Je ne suis pas d'accord, Jonas… Nous n'avons pas usé nos bras et nos cœurs pour des volutes de fumée... Cette terre reconnaît les siens, et c'est nous, qui l'avons servie comme on sert rarement sa propre mère. Elle est généreuse parce qu'elle sait que nous l'aimons. Le raisin qu'elle nous offre, elle le boit avec nous. Tends-lui l'oreille, et tu l'entendras te dire que nous valons chaque empan de nos champs, chaque fruit dans nos arbres. Nous avons trouvé une contrée morte et nous lui avons insufflé une âme. C'est notre sang et notre sueur qui irriguent ses rivières. Personne, monsieur Jonas, je dis bien personne, ni sur cette planète ni ailleurs, ne pourrait nous dénier le droit de continuer de la servir jusqu'à la fin des temps... Surtout pas ces pouilleux de fainéants qui croient, en assassinant de pauvres bougres, nous couper l'herbe sous le pied.

Le verre vibrait dans son poing. Tout son visage était retourné, et son regard tentait de me traverser de part et d'autre.

— Ces terres ne sont pas les leurs. Si elles le pouvaient, elles les maudiraient comme je les maudis chaque fois que je vois des flammes criminelles réduire en cendres une ferme au loin. S'ils pensent nous impressionner de cette façon, ils perdent leur temps et le nôtre. Nous ne céderons pas. L'Algérie est notre invention. Elle est ce que nous avons réussi le mieux, et nous ne laisserons aucune main impure souiller nos graines et nos récoltes.

Point de vue de Younès, point de vue des maghrébins :

Jaillissant d'une oubliette de mon subconscient, alors que je croyais l'avoir définitivement enterrée, l'image d'Abdelkader écarlate de honte sur l'estrade de la classe de mon école primaire fulmina dans mon esprit. Je le revis nettement grimaçant de douleur tandis que les doigts de l'instituteur lui tordaient l'oreille. La voix stridente de Maurice explosa dans ma tête : « Parce que les Arabes sont des paresseux, monsieur !» Son onde de choc se répercuta à travers mon corps comme une détonation souterraine à travers les douves d'une forteresse. La même colère, qui m'avait happé ce jour-là à l'école, m'inonda. De la même façon. Telle une lave giclant du plus profond de mes tripes. D'un coup, je perdis de vue l'objet de ma visite, les risques qu'encourait Jelloul, les angoisses de sa mère, et me mis à ne voir que M. Sosa debout au faîte de son arrogance, que l'éclat malsain de sa morgue hypertrophiée qui donnait à la couleur du jour quelque chose de purulent.

Sans m'en rendre compte, et incapable de me contenir, je me dressai devant lui et, d'une voix débarrassée de caillots, tranchante et nette comme la lame d'un cime¬terre, je lui dis :

— Il y a très longtemps, monsieur Sosa, bien avant vous et votre arrière arrière grand père, un homme se tenait à l'endroit où vous êtes. Lorsqu'il levait les yeux sur cette plaine, il ne pouvait s'empêcher de s'identifier à elle. Il n'y avait pas de routes ni de rails, et les lentisques et les ronces ne le dérangeaient pas. Chaque rivière, morte ou vivante, chaque bout d'ombre, chaque caillou lui renvoyaient l'image de son humilité. Cet homme était confiant. Parce qu'il était libre. Il n'avait, sur lui, qu'une flûte pour rassurer ses chèvres et un gourdin pour dissuader les chacals. Quand il s'allongeait au pied de l'arbre que voici, il lui suffisait de fermer les yeux pour s'entendre vivre. Le bout de galette et la tranche d'oignon qu'il dégustait valaient mille festins. Il avait la chance de trouver l'aisance jusque dans la frugalité. Il vivait au rythme des saisons, convaincu que c'est dans la simplicité des choses que résidait l'essence des quiétudes. C'est parce qu'il ne voulait de mal à personne qu'il se croyait à l'abri des agressions jusqu'au jour où, à l'horizon qu'il meublait de ses songes, il vit arriver le tourment. On lui confisqua sa flûte et son gourdin, ses terres et ses troupeaux, et tout ce qui lui mettait du baume à l'âme. Et aujourd'hui, on veut lui faire croire qu'il était dans les parages par hasard, et l'on s'étonne et s'insurge lorsqu'il réclame un soupçon d'égards... Je ne suis pas d'accord avec vous, monsieur. Cette terre ne vous appartient pas. Elle est le bien de ce berger d'autrefois dont le fantôme se tient juste à côté de vous et que vous refusez de voir. Puisque vous ne savez pas partager, prenez vos vergers et vos ponts, vos asphaltes et vos rails, vos villes et vos jardins, et restituez le reste à qui de droit. […] Vous devriez jeter un œil sur les hameaux alentour, monsieur Sosa. Le malheur y sévit depuis que vous avez réduit des hommes libres au rang de bêtes de somme.

L’affrontement physique est très violent et touche directement les proches de Younès. De son oncle, détruit moralement après son arrestation par la police à la mort de deux amis, José Sosa et Simon Benyamin. Des blessures profondes se créent alors et le groupe d’amis de jadis est dissout. Younès prend aussi part au conflit en soignant le chef du mouvement indépendantiste mais est emprisonné. Paradoxalement, il doit son salut à la confiance que lui accorde Pépé Rucillio, un colon fortuné. Après l’indépendance, la tendance s’inverse : Younès fait libérer un de ses amis d’enfance, Jean-Christophe, le plus féroce militant de l’OAS (Organisation de l'Armée Secrète : « L’Algérie est française et le restera »).


Les colons sont chassés d’Algérie et partent par bateaux entiers rejoindre les côtes française. Aujourd’hui, ils ne parlent plus de nostalgie mais de « nostalgérie ».


La nostalgérie d’après André Sosa :

L’Algérie me colle à la peau, avoue-t-il. Des fois, elle me ronge comme une tunique de Nessus, des fois, elle m’embaume comme un parfum délicat. J’essaie de la semer et n’y arrive pas. Comment oublier ?

De passage en France pour les obsèques de son amour de jeunesse Jonas retrouve quelques personnes plus ou moins proches qui ont laissé un bout de leur histoire là-bas. Les blessures d’autrefois sont encore vives mais un pardon réciproque s’opère. Même avec Krimo, un homme qui le tortura durant son passage en prison, les souvenirs restent mais la paix semble établie. Younès retrouve enfin la sérénité avec les dernières pensées d’Emilie :

Pardonne-moi comme je t’ai pardonné.


Cet amour impossible est la métaphore des relations franco-algériennes et cette réconciliation traduit la reconnaissance mutuelle entre les deux peuples. L’auteur rappelle que, malgré les atrocités commises par les deux camps, la coexistence et le respect sont encore possible, c’est Ce que le jour doit à la nuit.